27/04/2014

Réflexions énamourées sur les femmes

Réflexions énamourées sur les femmes ( San-Antonio )

Une jolie femme n’est jamais ridicule

Elle a maigri de vingt ans

Une chambre sans femme , c’est une choucroute sans jambon

Une sensuelle, sa peau lui sert d’esprit. Elle marche à la braguette.

Il n’y a pas de femmes fidèles, il n’y a que des femmes frigides.

Elle a les cuisses tellement légères qu’elle sont toujours en l’air.

Elle a un déshabillé vaporeux, presque transparent, décolleté jusqu’ aux genoux.

Une dame n’a que trois manières d’agrémenter ta vie : en ôtant sa culotte, son gant ou son dentier.

Sa bouche est tellement sensuelle qu’en l’apercevant, son tube de rouge à lèvres sort tout seul de son étui.

Cette souris est très avancée de la poitrine : tu commence à lui apercevoir les loloches cinq minutes avant le reste.

Ses jambes vertigineuse sont croisées tellement haut que ses seins reposent sur ses genoux

Ma femme est jeune, j’ai toute sa vie devant moi.

Elle a la bouche-qui-veux-tu chuchoteuse.

Chez les femmes, c’est comme chez les artichauts : le cœur est sous les poils.

Les souris , plus elles sont belles, moins elle cherchent à comprendre.

Pour faire parler une fille, il convient avant tout de se taire.

En jalousie, il n’existe pas de femme bien élevée.

Cette souris est émotive comme une langouste qu’on plonge dans l’eau bouillante.

Elle promène ses flotteurs dans un décolleté tellement vertigineux qu’on voit les poils de son pubis.

En général , les filles qui sont gelées des extrémités sont bouillantes  du centre.

Elle a des hanches violoncelleuses dont l’étendue est beaucoup plus de quatre octaves.

Ces demoiselles ont un idéal avec du poli autour.

Les femmes franches sont celles qui mentent intelligemment.

Les femmes surmontent toujours mieux leur veuvage que leur ménopause.

La plupart des femmes cessent d’agir dès qu’elles ouvrent la bouche.

18:06 Écrit par candide | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.